Un an après la chute de Mugabe, où va le Zimbabwe ?

20181121-un-an-apres-la-chute-de-mugabe-ou-va-le-zimbabwe
  • Politique
  • AFP
  • 21-11-2018
  • Article
  • Mise à jour :
Cela fait un an jour pour jour que Robert Mugabe a quitté ses fonctions de président au Zimbabwe. Un an plus tard, le pays de l’Afrique australe est toujours en attente du renouveau tant espéré. Mais les espoirs tendent à s‘évanouir vu la situation actuelle du pays.
Le 14 novembre 2017, des chars de l’armée zimbabwéenne investissaient les rues de Harare, la capitale du pays. Objectif allégué, écarter des “criminels” de l’entourage du président du pays, Robert Mugabe, en réaction au limogeage du vice-président d’alors Emmerson Mnangagwa. Un fait inédit dans ce pays qui vivait depuis 37 ans sous le règne de Robert Mugabe.
Ce coup de force de l’armée a été salué par une population zimbabwéenne exaspérée qui est par la suite descendue dans les rues exigeant la démission de son président. Finalement, au bout de pressions de l’armée, de la population et de son entourage politique, Robert Mugabe a démissionné le 21 novembre. Harare a exulté, s’imaginant un retour au miracle économique des décennies passées.
Puis, une année s’est écoulée depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmerson Mnangagwa, confirmé chef de l’Etat à l’issue des élections de juillet. L’euphorie s’est estompée, l’horizon est toujours aussi obscur pour beaucoup de Zimbabwéens.
Il faut dire qu’entre le Zimbabwe d’avant novembre 2017 et celui d’aujourd’hui, pas grand chose a changé. La crise économique reste autant proéminente. Depuis plusieurs semaines, le pays a renoué avec le manque de liquidités, créant de longues files d’attente devant les banques. En septembre, l’inflation a atteint son plus haut niveau depuis 2010. Les magasins et pharmacies sont en rupture de stocks. Pour ne rien arranger, le pays a été victime d’une épidémie de choléra qui a fait au moins 50 morts dans la capitale Harare.

Retour vers le passé ?
Des épisodes qui font craindre un remake de 2009, lorsque le Zimbabwe a connu un effondrement de son économie caractérisé par une hyperinflation qui a atteint les 500 milliards % selon le FMI. Dans la foulée, une épidémie de choléra avait tué 4 000 personnes.
On n’en est pas encore là. Et le nouveau gouvernement zimbabwéen pense que des efforts sont faits pour améliorer les conditions de vie dans le pays. Si la situation économique reste critique, Harare se réjouit par contre d’une plus grande liberté d’expression et d’association. “(…) Les choses qui étaient taboues dans le passé sont maintenant enracinées et fortifiées désormais”, a déclaré à l’Associated Press Energy Mutodi, ministre adjoint à l’Information. “Les barrages routiers de la police, où les automobilistes étaient régulièrement harcelés pour obtenir des pots-de-vin, ont été supprimés, par exemple”, a-t-il ajouté.
À son arrivée au pouvoir, Emmerson Mnangagwa a promis une transformation radicale du Zimbabwe, notamment sur le plan économique et des droits humains. Pour renflouer les caisses de l’Etat, il a imposé une taxe de 2 % sur toutes les transactions électroniques. Il a par ailleurs appelé les investisseurs étrangers à rejoindre le capital des entreprises zimbabwéennes.
Mais ses initiatives ont été mises à mal par son élection contestée de juillet à l’issue de laquelle six personnes ont été tuées dans des affrontements entre l’armée et partisans de l’opposition. Des événements dénoncés par la communauté internationale. L’interdiction de manifestations anti-gouvernementales et l’arrestation de syndicalistes ces dernières semaines font du reste craindre un retour dans le passé.
Chronologie et Mots clés :
R

ecette du jour

Effets anti-stress et antidépresseurs , développement de la mémoire, de la confiance en soi… Sans oublier, la prévention de certaines maladies, le ralentissement du vieillissement… Les bénéfices liés à une pratique sportive régulière, outre la perte de poids, sont multiples. 
b

uzz

Z

unonbook

O

n dit quoi sur la toile ?

Neymar-Mbappé, le flou total
Neymar-Mbappé, le flou total

Neymar-Mbappé, le flou total

Neymar et Kylian Mbappé passeront tous les deux une IRM mercredi, qui devrait déterminer s'ils peuvent espérer affronter Liverpool en Ligue des champions la semaine prochaine.
C'est la catastrophe, un branle-bas de combat qui n'est pas sans rappeler celui qui avait entouré la blessure de Neymar avant le huitième de finale retour de Ligue des champions, face au Real Madrid au mois de mars. Cette fois, à une semaine de la réception décisive de Liverpool, Neymar mais aussi Kylian Mbappé ont été touchés en équipe nationale, à moins d'une heure d'intervalle.
A 20h38, c'est "Ney" qui s'est tenu l'adducteur. Son cas semblait fichu, plus que celui de Kylian Mbappé, mais le docteur de la Seleçao (Rodrigo Lasmar) a prononcé ces mots pour SporTV: "Il a senti une gêne sur le côté droit de l'aine, le traitement a déjà commencé. Il faut attendre l'IRM mercredi pour en savoir plus, c'est important." Et la question portait sur une participation contre... Toulouse, samedi.
Quant à Kylian Mbappé, c'est encore plus l'incertitude avant l'IRM. Il a hurlé de douleur en retombant sur son épaule aux alentours de la 30e minute de France-Uruguay, à 21h27. Mais il est revenu tout sourire sur le banc. Puis il s'est dit quand même dit "inquiet", selon M6. Une luxation mais pas de fracture, selon les premières informations du Parisien. En conférence de presse, Didier Deschamps n'en savait pas plus.
Lire la suite
w

eb Commédie

t

op Article

  • Donec consequat diam ut pharetra auctor

    Abidjan - Côte d'ivoire

    La juge d'instruction parisienne Sabine Khéris a levé le mandat d'amener visant Guillaume Soro, le président du Parlement de Côte d'Ivoire, ont annoncé mardi ses avocats.

  • Donec consequat diam ut pharetra auctor

    Abidjan - Côte d'ivoire

    La juge d'instruction parisienne Sabine Khéris a levé le mandat d'amener visant Guillaume Soro, le président du Parlement de Côte d'Ivoire, ont annoncé mardi ses avocats.

  • Donec consequat diam ut pharetra auctor

    Abidjan - Côte d'ivoire

    La juge d'instruction parisienne Sabine Khéris a levé le mandat d'amener visant Guillaume Soro, le président du Parlement de Côte d'Ivoire, ont annoncé mardi ses avocats.